concert du Pardon | clôture du festival : « VISIONS »

orchestre & voix

ÉGLISE SAINT CORNÉLY
Place de l’Eglise
Carnac (centre bourg)

samedi 7 septembre | 21H

Axelle Fanyo, soprano
SECESSION ORCHESTRA, orchestre
Clément Mao – Takacs, direction

durée : 80′ sans entracte

Moussorgsky, Ravel, Wagner

« Vitement, comme si elle eut été rappelée par quelque chose au-delà, elle se retourna vers sa toile. C’était là – son image. Oui, avec tous ses verts et bleus, ses lignes courant et se rencontrant, son effort vers quelque chose. Il pourrait être relégué dans un grenier, pensa-t-elle ; il pourrait être détruit. Mais quelle importance ? se demanda-t-elle, reprenant [acceptant] son pinceau. Elle regarda les marches ; elles étaient vides ; elle regarda sa toile ; elle était brouillée. Avec une soudaine intensité, comme si elle avait vu clair durant une seconde, elle dessina une ligne là, juste au centre. C’en était fait ; c’était fini. Oui, pensa-t-elle, reposant son pinceau dans une extrême fatigue, j’ai eu ma vision. »
Virginia Woolf, To the Lighthouse / Vers la maison de lumière

vois elle n’y voit pas elle voit mal voire flou elle fait peine à voir elle voit à travers en dépit tant pis elle en a vu d’autres elle le voit enfin elle le voit bien elle le voit devant ses yeux ce serait le comble avoir des yeux pour ne pas voir elle le voit tel qu’elle l’a imaginé elle voit ce qu’elle a vu ils ne voient pas plus loin que le bout de leur nez c’est à voir qu’il nous faut elle ne le voit pas comme eux le voient ils n’y voient que du feu ils disent qu’elle voit des éléphants roses voyez-vous elle sait qu’ils ne voient que ce qu’ils croient allez tous vous faire voir ils lui en font fait voir des vertes et des pas mûres elle en a vu de toutes les couleurs et le loup aussi elle l’a vu allez juste un coup pour voir elle les voit venir elle en a vu d’autres elle verra ce qu’elle veut voir ce qu’elle est venue voir circulez y’a rien à voir elle voit rouge venez-y voir elle voit ce qu’elle veut avoir elle se rend là où il a vu le jour elle désire le revoir une dernière fois déjà qu’ils ne se voyaient pas tous les jours il était tellement m’as-tu-vu elle prévoit que ce revoir est un départ c’est à voir elle voit ça d’un bon œil elle dit que vois-je elle n’en croit pas ses yeux elle voit ce que l’œil ne peut voir elle doute de ce qu’elle a cru percevoir elle gueule du déjà-vu elle le voit parce qu’elle veut l’apercevoir qui a vu verra ben voyons elle a vu elle est venue elle a vaincu elle ne veut plus voir personne elle se fiche d’être bien ou mal vue vois-tu elle a vu du pays et rarement la vie en rose maintenant elle entrevoit la frontière elle a vu la mort de près elle ne voit plus que ce qui est au-delà du visible voyante elle voit le bout du tunnel la vision en elle autour d’elle au-dessus d’elle elle a vu trente-six chandelles on ne voit plus rien du tout ni vu ni connu on ne la voit plus à peine entend-on encore sa voix

C. M. T.